Mon Vélo , où est-ce que je le mets ?

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 5071 (2 par jour)
Pistes à creuser

Mon Vélo , où est-ce que je le mets ?



Lire en introduction : Un vélo chez soi , c’est bon et c’est utile

Une nécessité : ranger son vélo à domicile .

Permettre , favoriser l’usage du vélo implique d’offrir une large palette de services aux citoyens , si divers par l’âge , la condition physique , l’autonomie , les motifs de déplacement … : stationnement aux lieux de destination ou de passage ; location , réparation , vente ; aménagement cyclables de la voirie ; police de la rue et de la circulation ; schéma urbain etc …

Mais la première nécessité est évidemment de pouvoir mettre son vélo en sécurité au domicile. N’importe quel entretien avec n’importe quelle personne le montre avec clarté . Le confirme aussi l’expérience de voisins européens où ce n’est plus une question : elle a été tranchée et intégrée par les aménageurs et professionnels du logement depuis longtemps : Freiburg , Stockholm , Münster , Lund , Groningen , Odense … et tant d’autres villes .

En simplifiant , on s’accordera vite à considérer que pour une maison , un logement individuel , la réponse est facile et individuelle – à condition bien sûr que le marché offre les outils et les produits répondant aux attentes des clients , qui évoluent et qui appellent des progrès significatifs .

En revanche , en habitat collectif , des réponses doivent être apportées de façon organisée , diversifiée - pour répondre aux attentes des citoyens et à leurs conditions d’habitat , elles-mêmes diversifiées – et de haute qualité ( on ne peut pas s’accommoder des mêmes solutions qu’en maison individuelle ) .

Mais dans les deux cas , il est nécessaire de penser à l’usage de demain – souvent déjà esquissé par celui d’aujourd’hui – par exemple en abordant les enjeux , les apports , les changements que vont introduire de nouveaux modes de vie , de nouvelles techniques , en particulier le déploiement de la société numérique qui marque déjà la nôtre ..

Que nous disent , de plus en plus , études , témoignages et comparaisons internationales ? Elles nous disent que l’attente est là , comme l’affirment des responsables de SA et d’Offices publics d’HLM parmi les plus importants (« nos locataires le demandent « ) , même si ça semble encore tellement un rêve à beaucoup d’habitants qui ont plutôt expérimenté auparavant le mouvement inverse ( fermeture de locaux à vélo , refus d’en aménager qui soient de qualité ) .

C’est aussi ce que beaucoup de professionnels du secteur privé disent … et à quoi ils s’efforcent de répondre : il est de moins en moins rare que la disponibilité d’un emplacement vélo soit un argument d’offre ( vente , location ) – de même que la station Vélo’v ou Vélib’ au sortir immédiat de l’immeuble !

Tous les acteurs s’accordent à placer cette question dans le cadre plus général des équipements et locaux communs liés au logement ( accueil des poussettes ; poubelles ou autres systèmes … ) .

Faire quelque chose , mais quoi ?

S’il est entendu que cette demande – ranger un vélo à domicile – est légitime et collectivement incontournable ( quoi de plus immédiatement « développement durable « , notamment pour le volet social-sociétal , ici pleinement traité ) il reste à répondre aux questions « quoi faire , où , comment … « .

Je propose quelques angles d’approche , délibérément hétérogènes , de façon à susciter pistes de travail et de débat , interrogations , proposition d’expérimentations , exposé d’exemples , illustrations … ) .

  • Que peuvent faire :
    • l’Etat :politique nationale du logement ; financement ; réglementation générale de l’urbanisme ; solidarité et équité ; grandes options de développement durable ; fiscalité …
    • les collectivités locales ( maîtrise du foncier ; gestion croissante du financement Etat du logement ; tutelle d’opérateurs de l’habitat ; réglementation et contrôle de l’urbanisme au plan local ; pilotage de l’aménagement urbain … ) .
    • les opérateurs publics ou para-publics ( organismes HLM ; agence nationale de l’habitat …) et les opérateurs privés , comme producteurs de logements , gestionnaires de copropriétés …
    • d’autres …
  • Comment prendre le problème
    • L’habitat neuf doit être systématiquement et largement équipé.
    • Ceci posé et en principe « assez facile « ( mais cela demande du professionnalisme ) , la priorité de nos efforts ne doit-elle pas porter sur les logements existants ( la construction neuve n’en représente guère plus qu’1% par an ) ?
    • A quels types et secteurs d’habitat s’attacher en priorité : les centres des villes , les 1° couronnes , les quartiers d’habitat social … ( cette typologie étant grossière et certainement à revoir : elle a juste pour objet d’interroger ) .
    • Quelles exigences de sécurisation des locaux et des équipements ? Plus généralement , quelles préoccupations des usagers comme cyclistes et comme habitants ?
    • Quels critères pour les espaces intérieurs ( accessibilité , positionnement , dimensions et capacités … ) et extérieurs ( surveillance , protection … ) ?
    • Quels liens avec d’autres aspects de « l’économie du vélo « , avec d’autres produits ?
    • Quelles demandes d’innovation ? Quelles demandes de services ( casiers individuels , équipements communs de maintenance … ) ?
    • Quels problèmes majeurs récurrents à traiter ( par exemple reconversion de certains parkings souterrains peu utilisés ) ?
    • Et comment faire avec la nécessité de prévoir des étapes : 1° temps , offre limitée , puis multipliée si succès et demande accrue ? Les contraintes du court terme rendent difficile de laisser du foncier ou de l’immobilier longtemps en attente …

Ces approches ne sont évidemment ni exhaustives ni les seules possibles . On peut souligner l’importance des sujets abordés pour la vie des personnes , pour l’économie des territoires concernés , pour la définition de politiques locales essentiellement pilotées par les collectivités locales .


NB : Les points ci-dessus se retrouvent dans l’enquête semestrielle en ligne


Merci à toutes celles et à tous ceux qui voudront bien apporter leurs contributions à cette démarche . Elles seront très utiles – je peux le garantir en ce qui concerne ma mission et moi-même – à l’ensemble des acteurs , quels que soient leurs territoires et leurs responsabilités , de plus en plus soucieux de ne pas négliger ce qui est de leur ressort … et surtout si important pour la qualité de vie de leurs « ressortissants « .

Hubert Peigné .
Coordonnateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo .

le 11 septembre 2008 par Hubert Peigné
modifie le 1er juin 2010
Saisissez votre message

Vous êtes sur un forum public. Tous les internautes peuvent voir votre commentaire.